Loading...

Démarche artistique

Le groupe FLUO explore à la lisière de la danse et des arts visuels.
Espace pluridisciplinaire et indiscipliné, il emprunte à la chorégraphie, aux arts du cirque, et aux arts plastiques des matériaux qu’il manipule dans une idée de «sculpture en action*».
Il s’agit d’une exploration du rapport corps-objet-espace en créant des jeux images plastiques chargés par une vibration organique. Le rapport au risque, à la chute, à l’équilibre, à l’épuisement du corps sont des dominantes de son procédé d’écriture. Dans cette démarche, le Groupe FLUO cherche à détourner le réel dans des mises en scènes physiques et graphiques de nos émotions.

Convaincu que l’art aujourd’hui réside de plus en plus et trouve sa force dans les croisements, que cela soit artistique ou social. Les réalisations du Groupe FLUO naviguent au grès de divers espaces de représentations (scènes, espace public, espace d’exposition…) et des formes de représentations (spectacle, performance, série photographique, édition…).

Fondée en 2013, les créations de Groupe FLUO tournent en France et en Europe.


La sculpture en action*

Après avoir terminé ma formation au centre des arts du cirque Le Lido à Toulouse en tant que jongleur, l’objet et le mouvement dansé se sont imposés au centre de ma démarche artistique. Mes affinités pour les arts visuels et plastiques notamment la photographie, l’installation et la sculpture m’ont naturellement amené hors d’une quête unique de la prouesse et de la virtuosité qui peut être propre aux arts du cirque.
A ce moment là, je découvre une citation du sculpteur Charles Ray, « Considérer la sculpture comme un acte et non comme un objet ». Cette phrase ouvre alors un champ des possibles dans la mise en scène de mes recherches et qui de plus, assemble l’ensemble de mes pratiques et recherches sous la forme d’un procédé que j’intitulerais alors « Sculpture en action ».
Je me met à dessiner et sculpter dans l’espace des combinaisons chorégraphiques et plastiques entre le corps et l’objet.
Dans ce processus d’écriture , l’objet qu’il soit industriel ou parfois construit devient un élément modulable et mis en scène comme un partenaire et un acteur à part entière.
Le corps comme une matière organique que je pousse dans ses retranchements.
La chute, l’équilibre, l’instabilité, l’acte manutentionnaire, la construction d’architectures, deviennent les notions de mes sculptures chorégraphiques.
L’idée de « sculpture en action » prend alors forme dans la combinaison d’une force visuelle qui dialogue avec une force organique. La corrélation de ces deux dimensions sensorielles crée une vibration que j’utilise alors au sein de la dramaturgie.
Derrière ce concept, la volonté est de provoquer une distorsion du réel. De renvoyer à chaque spectateur sa propre existence toujours mouvante et en équilibre. Le concept n’est mis en place que pour disparaître au profit du ressenti.

Benoit Canteteau – Septembre 2016